navigation

Ajoutez à Arsenal Henry, et c’est le paradis… 10 janvier, 2012

Posté par mickgunner dans : Foot , ajouter un commentaire

Ce 9 janvier 2012 a été marqué pAjoutez à Arsenal Henry, et c'est le paradis... henry-arsenal1-300x206ar un très grand événement dans le monde du foot. Il s’agit bien entendu du retour triomphale du King Henry sous les couleurs d’Arsenal! Pardon?… On me dit que Messi a aussi gagné son 3ème ballon d’or d’affilée. Ah oui, effectivement… Mais ce 3ème sacre a été légèrement éclipsé par l’ancien capitaine des Gunners qui a crevé l’écran avec son 227ème but inscrit sous les couleurs londonniennes. Hier soir, le scénario du match entre Arsenal et Leeds était digne d’un blockbuster américain…

Plantons le décor: C’est le 3ème tour de la FA CUP, les Gunners accueillent Leeds, club de D2 grand habitué de cette coupe. Ce n’est pas l’équipe type d’Arsenal présente sur le terrain (des cadres tels que Van Persie et Vermaelen ont été laissés au repos) mais tout de même, Leeds est largement à la portée des Cannoniers. Cependant les Peacocks tiennent la dragée haute à leur hôte; bien que très dominateurs, les baby-gunners ont une attaque stérile et butent sur une défense de Leeds très courageuse. Le public rouge et blanc réclame son ancien génie en scandant son som. Arsène Wenger va exaucer leur voeu à la 68ème minute: La légende vivante, alias Thierry Henry remplace Marouane Chamakh, qui n’était pas mauvais mais trop peu incisif. Son entrée en jeu suscite une ovation telle que l’Emirates Stadium n’en avait encore jamais connue. On peut d’ailleurs lire sur le visage du serial buteur toute l’émotion que représente ce retour dans son club de coeur. A ce moment, sur le web, on peut lire certains médisants qui ironisent: « Et là, Henry va marquer et qualifier Arsenal… LOL!! »  Ils ne croyaient pas si bien dire… Car à la 80ème minute, The Legend, sur son côté gauche, fait un appel parfait dans le dos des défenseurs; Song l’a vu et lui délivre une passe toute aussi parfaite. Le reste, c’est du grand classique: contrôle, et plat du pied légèrement enroulé qui termine dans le petit filet opposé. La spéciale Thierry Henry quoi! Cette fois, l’Emirates Stadium explose littéralement. Et Henry célèbre son but comme un gamin qui vient de scorer son premier but en pro. Et c’est tout naturellement qu’il tombe dans les bras de son mentor, Arsène Wenger. Que l’image est belle. L’instant est magique, somptueux, légendaire… On ne manque pas de qualificatifs pour décrire ce moment. Nous revoilà plongé 7 ans en arrière où les 2 hommes faisaient les beaux jours d’Arsenal. Pour ce qui est de la fin du match, on peut dire que les Gunners se sont fait assez peur par 2 fois, mais Scezny veillait au grain. Quant au héros du soir, il a fini exténué et on a pu voir ses limites physiques mais tout cela est anecdotique car le boulot a été fait. Son prêt de 2 mois est d’ores et déjà un succès.

En résumé, on peut dire que  Henry ne s’est pas contenté de rouvrir le livre de son histoire avec Arsenal mais il a aussi décidé d’en écrire encore quelques pages pour le plus grand bonheur de ses fans. L’idole n’a pas fini d’être adulée tout comme sa statue récemment inaugurée n’a pas fini de briller.HenryBackLeeds_11-300x199

Ligue des Champions : Du suspense et des surprises. 8 décembre, 2011

Posté par mickgunner dans : Foot , ajouter un commentaire

Ligue des Champions : Du suspense et des surprises. champions-league-300x295
   Ca y est, la phase de poule de la ligue des champions est terminée et on peut dire qu’elle a apporté son lot de surprises surtout lors de la dernière journée. En effet, on a vu des pointures éliminées, des « petits poucets » se qualifier et d’autres équipes créer des retournements de situation dignes d’un combat de Rocky Balboa. Rapprochons notre loupe sur chaque groupe pour y voir un peu plus clair.

    Commençons logiquement avec le groupe A. Un groupe terriblement relevé composé de Manchester City, Bayern Munich, Naples et Villareal. Le Bayern, en grand habitué de la compétition s’en est tiré sans mal et finit tranquillement 1er du groupe avant que la dernière journée ne soit jouée. En revanche, la surprise vient des Citizens, faciles leaders de la Premier League et qui n’a toujours pas connu de défaite en championnat depuis le début de la saison est en bien grande difficulté dans ce groupe notamment avec 2 défaites (à Munich et à Naples). Et Naples, pourtant inexpérimenté enchaine les bons résultats. Leur victoire à Villareal lors de la dernière journée scelle le sort de City. Ces derniers joueront l’Europa League, synonyme d’échec retentissant pour l’équipe de Mancini qui visait pourtant beaucoup plus haut. Leur manque d’expérience leur a couté cher.

   Dans le groupe B, on retrouve les Lillois confrontés à l’Inter de Milan, le CSKA Moscou et les Turcs de Trabzonspor. Les Français, bien mal embarqués au début dont 2 défaites contre les Nerazzuri se sont bien repris en allant gagner à Moscou. Ils leur suffisait d’une victoire à domicile lors de la dernière journée contre Trabzonspor pour se qualifier. Hélas, malgré une très bonne prestation et un Eden Hazard en feu, les Dogues n’ont pas réussi à forcer le verrou turc. De plus, le CSKA est allé battre l’Inter  en Italie. Conséquence : L’Inter et le CSKA qualifiés pour les 8èmes, et Lille finit dernier du groupe, donc éliminé de toutes compétitions européennes.

   Passons au groupe C avec des adversaires largement à portée de Manchester United. Effectivement, Benfica, Bâle et Otelul Galati étaient sensés être seulement des amuses-gueule pour les Red Devils. Et pourtant… Portugais et Suisses ont déjoué tous les pronostics en ne perdant pas un seul match contre les Mancuniens; et les Bâlois se sont même payés le luxe de les battre lors de la 6ème journée. 2ème grosse surprise de cette session donc; Manchester United rejoint City en Europa League tandis que Bâle s’en va défier les grands d’Europe en 8èmes de finale. Leur suffisance et excès de confiance aura eu raison de Sir Alex Ferguson et de ses hommes.

   Comme souvent en Ligue des Champions, les chemins de l’Olympique Lyonnais et du Real Madrid se sont à nouveau croisés cette année dans le groupe D. Le tableau est complété par l’Ajax Amsterdam et le Dinamo Zagreb. Le Real de cette année n’a fait aucun cadeau: 6 victoires en 6 matchs. Les merengues ont tout simplement été impressionnants et c’est assez facilement qu’ils finissent 1er de leur groupe. En revanche, les Lyonnais effectuent un parcours assez chaotique avec les 2 défaites contre la bande à Ronaldo et 2 nuls face à l’Ajax. Avant la dernière journée, les Gones pointent à la 3ème place avec 3 points de retard sur l’Ajax et 7 buts d’écarts. Autant dire que c’était quasiment mission impossible de se qualifier pour les hommes de Rémi Garde. Mais l’inimaginable s’est produit: tandis que l’Ajax chutait 3-0 face aux Madrilènes, les Lyonnais sont allés exterminer le Dinamo en Croatie sur le score fleuve de 7-1. De ce fait, les 3 points de retard et surtout la différence de buts ont été comblés. Résultat: l’OL revient de très loin et disputera bien les 8 èmes de finale de la C1 alors que plus personne ne les attendait.Renversant.

   Groupe E: La seule petite surprise de ce groupe est la qualification de Leverkusen au détriment de Valence. Malgré un parcours correct et une valise infligée au Racing Genk (7-0), les Valencians terminent 3 ème du groupe derrière Chelsea et le Bayer Leverkusen se retrouvent eux aussi en Europa League. Décidément, la C3 sera relevée cette année avec la présence de belles pointures.

   Poursuivons avec le groupe F, groupe dans lequel figure le dernier club français, l’Olympique de Marseille. Ceux-ci se sont frottés à Arsenal, Dortmund et l’Olympiakos le Pirée. Autant dire que c’était un sacré mur qui se dressait devant les Phocéens. Mais autant les Marseillais étaient en difficulté en Ligue 1, autant ils ont assuré les 2 premiers matchs de Champion’s league qui ont été gagnés facilement face à Dortmund et l’Olympiacos. Seulement, les 2 défaites à domicile face à Arsenal et aux Grecs ont tout remis en question. Les hommes de Deschamps sont condamnés à l’exploit: ils doivent battre le BVB en Allemagne. Le match se révèle dantesque. A 5 minutes de la fin du temps réglementaire, l’OM perd 2-1 et est éliminé. Mais c’était sans compter André Ayew et un magnifique exploit individuel de Mathieu Valbuena qui propulsent les champions de France 2010 en 8ème de la LDC. Un miracle. A noter aussi qu’Arsenal termine facilement 1er de son groupe et que le BVB Dortmund est éliminé avec 4 petits points.

   La plus grosse surprise avec les éliminations des 2 Manchester, c’est la qualification du petit poucet, l’Apoel Nicosie. Les Chypriotes terminent même 1ers du groupe G devant le Zénith St-Pétersbourg. Le FC Porto est qualifié pour la petite coupe européenne et pourra défendre son titre alors que le Shaktar Donetsk, quart de finaliste l’an dernier, est éliminé. L’Apoel est entré dans l’histoire du football chypriote en étant la seule équipe nationale a se hisser à ce niveau de la compétition.

   On finit avec le groupe H, et l’incontournable Barça de Pep Guardiola, l’AC Milan, le Viktoria Plzen et le Bate Borisov. Pas de surpise dans ce dernier groupe, les Blaugrana terminent logiquement leaders talonnés par les champions d’Italie. Les Barcelonais sont les 1ers candidats à leur propre succession tant ils respirent la sérénité avec un Messi qui ne faiblit pas et qui enfile les buts comme des perles. 

   Il y a donc eu de tout dans cette phase de poule: des surprises, du beau jeu, des buts; Bref, du foot comme on aime et comme on voudrait en voir tous les jours. Cette édition 2011-2012 ne déroge pas à la règle, elle offre du spectacle et du plaisir.

Tournoi foot Pandore 2011: « The Môle Team » assure! 17 juin, 2011

Posté par mickgunner dans : Foot , 2 commentaires

tournoifootblog.jpg

Le 15 juin 2011, à Bellegarde, se déroulait comme tous les ans le tournoi de foot organisé par l’association du Pandore. C’était la 3ème participation pour l’équipe du PA Bonneville. Les 2 années précédentes étaient très décevantes de la part des hommes de Max Jordana et ce qu’on pouvait surtout retenir, c’était la bonne ambiance dans le groupe. L’équipe a donc fait une cure de jouvence pour cette cuvée 2011 et sur le terrain, on pouvait compter sur une team de 23,5 ans de moyenne d’âge. (en comptant Donat Becquaert, la légende vivante de The Môle Team qui tenait les cages!)

Après un rapide échauffement de 15 minutes, le tournoi pouvait enfin commencer à 9 heures, sous un soleil de plomb. 1er match pour nos Bonnevillois: Les redoutables 10 fantastiques. Cette rencontre avait tout d’un piège mais les blancs ont su l’éviter en marquant très vite. But réalisé de pied de maître par les 2 meneurs de jeu: Mickaël Baruch pour la passe et Gabriel Becquaert à la finition: Corner: le n°10 centre en retrait à ras terre pour le fils du mythe, esseulé, qui n’a plus qu’à croiser sa frappe et tromper le gardien. But simple mais efficace! Et ce n’est que 3 minutes plus tard que le PA se met à l’abri grâce à son capitaine Mickaël Mansuy, pourtant défenseur lors de ce match! En effet, après un cafouillage dans la surface adverse provoqué par l’attaquant Gérôme Crier, la star internationale sent bien le coup et décide de monter. Le ballon atterit dans ses pieds et, sans contrôle, il place le ballon hors de portée du gardien. 2-0, score final, l’entame du tournoi est réussie!

Le 2ème match s’avéra beaucoup plus difficile. Face au CCPD Genève, les « Djeun’s » se sont heurtés à des joueurs très expérimentés et n’ont pas vraiment su trouver la faille. De plus, gros coup dur pour les Bonnevillois qui perdent leur buteur Crier sur blessure. Le n°8, tente une frappe mais glisse sur la pelouse encore trempée et se tord la cheville. Le verdict est sans appel: fracture de la malléole. Tout à coup, ce tournoi s’assombrit pour les Blancs… Le match finit donc par une séance de tir aux buts… perdue en dépit de la présence du « Number One » Donat dans les cages. Le point positif du match: la défense, toujours aussi impeccable tenue par les excellentissimes Pichegru, Anthony et Le Vouedec.

donatfootblog.jpg3ème match: L’Etoile Rouge de Bellegarde… Excellente équipe qui a aussi misé sur des jeunes. Malgré quelques maigres occasions, le PA reste muet et se fait même surprendre pour la 1ère fois. Un but qui aurait certainement pu être évité mais il était clair que les hommes de Jordana étaient encore sous le choc de la blessure de leur n°8, Crier. Et pourtant, ils réalisent l’impossible: l’égalisation. Centre venant de la droite, Mansuy saute pour dévier le ballon de la tête mais il ne le touche pas. Le geste a tout de même gêné le gardien qui repousse le ballon sur le talon du n°14 blanc. Et le cuir vient gentiment finir sa course dans le but! Certes, c’est un but gag et le capitaine en a inscrit de bien plus beaux mais la chance est aussi la marque des plus grands champions! Le match file une nouvelle fois vers une voie sans issue et rebelotte, tirs aux buts… une nouvelle fois perdus par The Môle Team. Qu’importe, ils sont toujours 2ème de leur poule et peuvent donc toujours prétendre à une place en quart de finale à condition de gagner le dernier match de la matinée!

Et ce dernier match était contre COB Culoz qui n’avait pas encore gagné le moindre match de la journée; c’était donc une équipe largement à la portée des Blancs (qui jouaient en rouge pour ce match). Seulement voilà, beaucoup d’occasions mais peu converties surtout par le capitaine Mansuy, en manque de réussite. On pensait que The Mole Team filait vers un nouveau match nul mais c’était sans compter sur Baruch, le Cristiano Ronaldo français, qui, d’une frappe tendue des 20 mètres, logeait son ballon dans le petit filet opposé. Gros ouf de soulagement, victoire 1-0, une place en quart de finale et un repas bien mérité pour nos jeunes de la Vallée de l’Arve. Le tirage pour les quarts est très défavorable pour nos Bonnevillois: ils rencontrent le CSKA Bourg en Bresse, la meilleure équipe des 3 poules!

14h30: C’est l’heure, l’équipe des Becquaert a conscience qu’il va falloir se donner à 200% si elle veut aller plus loin dans la compétition. Le match est difficile, serré et fermé. La défense, à l’image de Pichegru et Anthony qui en sont les patrons, ne laisse aucune brèche à l’adversaire. Les bleus se fatiguent et Mansuy en profite. Centre de la droite et sublime contrôle en pivot de l’exceptionnel capitaine qui, en se retournant, frappe directement d’un tir croisé d’une précision chirurgicale qui fait mouche. Le CSKA ne s’en relèvera pas… Victoire surprise mais amplement méritée pour The Môle Team qui accède pour la 1ère fois de son histoire en demi-finale!!

L’avant-dernier match se jouait contre la Macédouane, une équipe expérimentée comme le CCPD Genève mais beaucoup plus tactique. Ils se sont pourtant fait maitriser par un Gaby Becquaert très en jambe; il a même délivré 2 caviars servis sur un plateau d’argent à Mansuy mais l’emblématique n°14, en manque de verve n’a pas su débloquer le score et a par deux fois, buté sur un très bon gardien. Et c’est 2 minutes après, sur un contre, que les violets ont converti en but leur seule occasion et ont ainsi scellé le sort des Bonnevillois. Le coup est dur, le rêve de triomphe s’est envolé mais « la Maison Blanche » relève vite la tête car elle veut finir ce tournoi sur une bonne note et sur le podium.

En plus de la 3ème place en jeu, l’affiche de cette petite finale est alléchante car il s’agit d’un derby 100% Bonnevillois! En effet, Le PA rencontrait la compagnie de Bonneville, alias Labreu. Cette rencontre a eu le don de remotiver The Môle Team qui n’a pas tremblé. La partition a été jouée à la perfection avec à la baguette le n°10, Mickaël Baruch qui a délivré une passe décisive à l’inévitable sérial buteur, Mansuy. Ce dernier, après un contrôle du droit, à expédié le ballon dans la lucarne du gardien adverse. Par la suite, ce fut une partie de plaisir et Anthony a même fait une petite montée ponctuée d’une frappe de son magique pied gauche qui a foudroyé une nouvelle fois le gardien. Match et tournoi terminé par une démonstration collective! Labreu n’a quasiment pas existé malgré JC Olivier qui a fait un excellent tournoi. 3ème place pour The Môle Team! Ce résultat est tout simplement historique! Ce PA Bonneville 2011 a été un très grand cru et le public, charmé par son jeu sublime  (très souvent comparé à celui du Barça) a demandé à les revoir en 2012! Rendez-vous est pris, avec, on l’espère, le trophée de Champion!!!tournoifootblog2.jpg

Rafael Nadal est indomptable! 6 juin, 2011

Posté par mickgunner dans : Autres sports , ajouter un commentaire

 

 

138nadal.jpg

Dimanche après-midi, une nouvelle page de l’histoire du tennis s’est écrite Porte d’Auteuil à Paris. En effet, Rafael Nadal est venu chercher son 6ème Roland-Garros, égalant ainsi le monstrueux record du Suédois Bjorn Borg. Cette victoire est certainement la plus belle qu’il ait glané dans la capitale. Pour diverses raisons: D’abord, pour les enjeux. Rafa devait gagner pour égaler ce fameux record mais il se devait aussi de conserver son rang de n°1 mondial. Mais c’était aussi la plus belle car la plus difficile. L’espagnol est arrivé à Paris avec un manque de confiance évident suite à ses défaites en finale de Madrid et Rome contre Djokovic et ça s’est vu pour son premier match contre John Isner qui a failli tourner à la catastrophe: lifts trop courts, manque d’agressivité… Le Majorquin mené 2 sets à 1 a fini, grâce à sa force de caractère par revenir dans le match puis battre l’Américain. On ne l’avait jamais vu autant en difficulté dans un premier tour de Grand Chelem. Beaucoup voyaient le taureau de Manacor en déclin, n’ayant plus de motivation. C’était mal connaitre le garçon… Effectivement, après un parcours en demi-teinte, la « Rafale » atteint le stade des quarts de finale et affronte un certain… Soderling! Alors que les spécialistes voyaient un match très serré entre les deux hommes, le n°1 mondial ne le voyait pas de cet oeil là. Il a réussi à se transcender, a retrouvé son jeu ravageur et a livré une prestation plus que convaincante. Le suédois, battu 3 sets à 0 en est resté pantois. Le roi de la terre est de retour, la fin du tournoi n’en sera que plus alléchante!

Ce Roland-Garros messieurs est exceptionnel car on retrouve en demi-finale les 4 premiers joueurs mondiaux. les matchs: Nadal-Murray et la très alléchante affiche Djokovic-Federer. Parlons-en de cette affiche: Il ne faisait aucun doute que Djoko était le grand favori de ce match après son incroyable série de 41 victoires d’affilées! Cette position d’outsider n’était pas vraiment du goût de « Rodgeur » qui a voulu remettre les points sur les « i » et dire que le patron, c’était toujours lui. Ce fut une démonstration. Le match était tout simplement sublime avec des points hallucinants! Et le Suisse en est ressorti vainqueur. Paris acclame son héros qui a fait retomber de son nuage « Nole » complètement abasourdi. Cette rencontre sera considérée comme l’une des plus belles de l’histoire du tournoi. La seconde demi-finale entre Nadal et Murray n’a été qu’une formalité pour l’Espagnol bien que la rencontre ait duré 3H17. Il a pu tranquillement souffler ses 25 bougies avec sa famille et son staff.

La finale donc, opposait Nadal à Federer. Pour changer… Tout le monde dit que Roger a rendu un grand service à Rafa en éliminant Djokovic. Certes, cela permettait à l’Espagnol de conforter sa place de n°1 mais Rafa attendait le Serbe de pied ferme afin d’avoir une « explication » définitive avec lui. Tant pis, Novak écarté, il rencontre son meilleur ennemi, le Suisse Federer pour un nouveau match de légende! Le match débute avec un Nadal très nerveux et à contrario, un Federer détendu. Cela se voit au score: le n°3 mondial mène 5-2 et se procure une balle de set. Electro-choc pour « el Toro » qui se réveille et remet la machine en marche. Résultat: il gagne 5 jeux d’affilées et empoche le premier set. Le deuxième set est l’inverse du premier; Nadal mène mais se fait rejoindre. le tie-break se joue et le mental de l’Espagnol a eu raison de son adversaire. 2 sets à 0, il a fait plus de la moitié du chemin. Au 3ème, Federer retrouve des couleurs et son jeu offensif. Ses amorties usent le quintuple tenant du titre qui finit par abandonner ce set. Le public n’attendait que ça, le jeu va durer. Pas vraiment en fait: dès l’entame du 4ème, Rafa prend à la gorge son ami, le Suisse ne s’en relèvera pas. Ce dernier set est une correction. 6/1.  Federer, malgré un excellent tournoi n’arrive toujours pas à trouver de failles dans le jeu du n°1 qui reste le maître incontesté de la terre battue malgré les doutes, malgré la concurrence.

Rafael Nadal a quant à lui, une nouvelle fois démontré que ce n’est pas un hasard s’il a été élu meilleur joueur de terre battue de tous les temps.

nadal2.jpg

Finale Ligue des Champions : Le Barça n’a pas d’égal… 29 mai, 2011

Posté par mickgunner dans : Foot , ajouter un commentaire

           barcachampioneurope2011300x219.jpg 

 

La finale tant attendue de la ligue des champions a enfin  eu lieu. Hier soir, il fallait être devant son poste de télévision pour suivre le « plus grand match de l’année ». Oui, c’était le plus grand match de l’année en tout point: par l’enjeu bien sûr, mais surtout parce qu’on a assisté à un match magistral qui valait son pesant d’or. Manchester United – FC Barcelone, c’est la 2ème finale en 3 ans et à la fin, c’est toujours le même qui gagne… Le Barça, géant du football européen, certainement la meilleure équipe de foot au monde (on peut lui en donner des superlatifs!) nous a encore livré une prestation grandiose et a prodigué une leçon de football à des Red Devils impuissants, eux-mêmes spectateurs de ce match par moments… Sir Alex Ferguson dira même en conférence de presse d’après-match: « Personne ne nous avait donné une telle raclée ». C’est dire…

  Mais revenons-en au match : Dans l’emblématique enceinte de Wembley, Manchester United joue quasiment à domicile, mais il faut compter sur les « socios » qui se sont déplacés en masse et occupent la moitié du stade pour soutenir le FC Barcelone. Superbe ambiance, pelouse somptueuse, nuit (presque) étoilée, autant d’indices qui laissent présager une agréable soirée… Après un petit spectacle de danse, les 22 acteurs font enfin leur entrée sur le terrain. Il est 20H45, nous y sommes, une nouvelle page de l’histoire s’écrit…

  Le match débute avec des Mancuniens qui croient en leur chance et qui se montrent très offensifs dès les premières minutes sans toutefois mettre en danger la défense adverse. Jusqu’à la 10ème minute où les blaugranas ne sont pas loin de se prendre un but gag : Piqué passe en retrait à son gardien qui était sorti de son but mais Valdés parvient tout de même à dégager. Cette petite frayeur a le mérite de réveiller les Catalans. En effet, ils ne se procurent pas moins de 5 occasions en 10 minutes avec 3 frappes de Villa dont une bien cadrée mais captée par Van Der Sar, le portier de Manchester United et aussi une belle tentative de Pedro à la 16ème minute. A noter aussi à la 18ème minute le début du show Messi qui s’est amusé à éliminer 2-3 joueurs adverses avec une combinaison petit pont-crochets histoire de ravir un peu plus le public! Mais le meilleur est à venir: 27ème minute, le capitaine blaugrana, Xavi, s’empare du ballon, fixe 3 défenseurs et tel un maestro, offre un caviar de l’extérieur du droit à Pedro qui n’a plus qu’à exécuter le géant néerlandais! Superbe but! Les hommes de Guardiola pensent avoir fait le plus dur mais c’était sous-estimer la motivation de Manchester poussé par un Wayne Rooney survolté. A la 34ème, l’attaquant anglais pénètre dans la défense barcelonaise et sert Giggs (un poil hors-jeu tout de même!) qui, après un contrôle de la hanche, lui remet dans l’axe. Rooney n’a plus qu’à bien croiser sa frappe qui bat Valdés. Une égalisation qui vient à pic et elle permet de faire durer le suspens ce qui pimente toujours plus le spectacle. L’arbitre siffle la fin de la première mi-temps: match nul mais il y a quand même une belle domination espagnole avec plus de 65% de possession de balle!

  Reprise du match, et en ce début de seconde période, ce sont les Barcelonais qui attaquent fort avec une grosse occasion à la 52ème minute Dani Alvés qui déboule du côté droit mais le Brésilien choisit l’option de la frappe malgré un angle fermé plutôt que de servir ses coéquipiers en retrait. Son manque d’altruisme va-t-il changer le cours du match? Pas du tout! 2 minutes plus tard, c’est bien sûr l’inévitable petit génie argentin Messi qui débloque le score! Passe d’Iniesta pour le ballon d’or 2010 dans les 30 mètres; et là, grosse erreur de la défense mancunienne: elle ne presse pas le petit attaquant qui en profite pour avancer et frapper des 20 mètres. Van Der Sar, surpris, est une nouvelle fois battu. C’est le 12 ème but de Messi en ligue des champions et son 53ème toutes compétitions confondues cette saison. Il est à ce jour de loin le premier candidat à sa succession pour le ballon d’or… Les Anglais sont abattus et le match devient une promenade de santé pour les champions d’Espagne qui tentent des choses à l’image de Messi qui exécute une talonnade contrée par Fabio. La défense des Red Devils n’y est plus et ne compte plus que sur Van Der Sar qui se détend bien sur une belle frappe cadrée de Xavi. Et enfin, à la 69ème minute, le coup de fouet qui met à genoux les champions d’Angleterre: Messi, encore lui, s’engouffre à droite et repart dans une série de dribbles, mais il perd le ballon. Pas longtemps, Busquets le récupère et sert en retrait Villa à l’entrée de la surface; l’international espagnol, après un petit contrôle, enroule sa frappe qui vient nettoyer la lucarne de Van Der Sar. Un but tout simplement somptueux! A 3-1, tout le monde le sait, le match est déjà terminé. Manchester essaie malgré tout d’organiser des offensives avec l’entrée de Nani mais comme à son habitude, le Barça gère son match. Les statistiques parlent: 67% de possession de balle sur l’ensemble de la rencontre! Guardiola va même faire participer Keita, Puyol et Afellay à la fête. Après 3 minutes de temps d’arrêt de jeu, c’est la délivrance! Le très grand Barça, « la meilleure équipe de tous les temps » soulève à nouveau la coupe aux grandes oreilles!! Mais quel match magique!!!

Et le premier à la soulever cette coupe, c’est le miraculé, le revenant Eric Abidal, auteur d’un très bon match. C’est Puyol qui lui transmet le brassard de capitaine pour que le Français de retour d’une grave maladie soit le premier à prendre le trophée. Un symbole qui souligne l’état d’esprit de cette équipe qui est hallucinant tant les joueurs et le staff sont soudés. Un état d’esprit qui mène encore une fois cette équipe au sommet de la gloire. Ce FC Barcelone est encore entré dans l’Histoire, pour l’éternité…

 

 

Barça – Real, dernier acte : Le Barça en finale bien entendu! 4 mai, 2011

Posté par mickgunner dans : Foot , ajouter un commentaire

barca2011.jpg

On s’attendait à un match retour de ligue des champions très très chaud dans la capitale catalane; finalement, on a pu voir que les esprits se
sont calmés, surtout du côté madrilène. Les absences de Mourinho et de Ramos y sont elles pour quelque chose? Certainement. Le technicien
portugais et le sanguin espagnol ont été les principaux éléments perturbateurs de ce malheureux match aller et au fond, le fait qu’ils soient
suspendus a peut-être apporté une certaine sérénité dans le groupe qui a recouvré son sang froid.

Mais place au jeu! Dès les premières minutes, on se rend déjà compte que les 2 équipes ont oublié ce pauvre spectacle qu’ils nous ont livrés
la semaine dernière et veulent proposer du jeu malgré la pluie battante. Obligés de remonter 2 buts de retard, les « Merengues » se montrent très entreprenants en attaque,
mais la défense barcelonaise se montre vigilante et se regroupe parfaitement sur les offensives adverses. Mais très vite, les Blaugranas
prennent le match à leur compte et s’y installent grâce au trio magique Xavi-Iniesta-Messi. Ce dernier s’est d’ailleurs procuré 3
belles occasions en 1ère mi-temps : 3 frappes, 2 cadrées mais bien captées par Casillas qui veillait au grain et la 3ème, après un magnifique
enchainement amorti de poitrine-feinte de frappe-crochet éliminant Carvalho mais la réussite a manqué au petit prodige argentin qui a vu sa frappe trop croisée partir à gauche du poteau du portier espagnol. A noter aussi une très belle parade de Casillas qui aura été l’homme de la
1ère période sur une frappe enroulée d’un Villa remuant côté gauche et une tête de Busquets bien captée par l’omni-présent gardien espagnol.

Coup de sifflet de l’arbitre qui renvoie les joueurs aux vestiaires. Match dominé par les hommes de Guardiola et assez largement dans les 20
dernières minutes mais toujours pas de buts: l’espoir est encore dans le camp du Real Madrid.

Retour sur le terrain, la pluie est toujours aussi présente. La 2ème période débute avec quelques secondes de retard à cause d’un énergumène
flanqué d’un t-shirt « Qatar 2022″ qui a réussi à échapper à la surveillance de la sécurité. Il court quelques mètres sur la pelouse avant de se faire maitriser.
L’image, assez amusante n’a pas l’air de faire rire CR7, crispé.
Pourtant, 2 minutes plus tard, le but d’Higuain aurait dû le détendre si M. De Bleeckere, l’arbitre du match n’avait pas injustement refusé le but.
En effet, après un rush de quelques mètres, Ronaldo parvient à transmettre le ballon à Higuain avant de subir une faute de Piqué dans la foulée;
c’est en tombant que le Portugais effleure (à peine!!) Mascherano qui fait un magnifique plongeon dont lui et Pedro sont les seuls à avoir le secret…
Entre-temps, Higuain a réussi à tromper Casillas d’un bel intérieur du droit qui finit dans le filet opposé. Mais voilà, la faute sur Mascherano est
sifflée malgré cette simulation qui saute aux yeux. M De Bleeckere, déjà contesté avant la rencontre, n’a pas vraiment gagné des points sur ce coup
là… Et 7 minutes, plus tard, coup de massue sur la Maison Blanche: Le barça ouvre le score avec Pedro sur un contre bien orchestré par Iniesta.
Petite période d’errement dans la défense madrilène qui s’est payée cash. Cette fois, l’espoir est mince pour les hommes de Mourinho qui doivent
marquer 3 buts en 35 minutes… Mais ils y croient, surtout Di Maria, qui, grâce à une aisance technique hors du commun entre dans la surface
barcelonaise, élimine un défenseur et frappe… sur le poteau. Mais tout n’est pas perdu car le ballon lui revient directement dans les pieds;
il sert alors Marcelo situé vers le point de pénalty qui d’un tacle rageur envoie le ballon au fond du but. Plus que 2 buts à rattrapper, il reste
25 minutes de temps réglementaire. un brin de suspense revient! Le Réal attaque toujours mais le Barça gère très bien son match. Guardiola fait
sortir Villa pour le remplacer par Keita. Changement assez étonnant car il a fait exactement la même chose en 8ème contre Arsenal et les Gunners
avaient alors marqué 2 buts en 10 minutes! Mais cette fois, les Blaugranas sont sur leur garde et ne laissent rien passer. Nous sommes à la 90 ème
minute, ça y est, le match est plié mais on assiste à un magnifique moment: Eric Abidal, opéré d’une tumeur au foie en mars dernier devait être
écarté des terrains durant des mois et mois. Et pourtant, il est là et il va faire son entrée sur le terrain. C’est une ovation monumentale du
public catalan qui fête le retour de son héros. Ce retour sur le terrain du Français est aussi jouissif que surprenant!

Tomber de rideau, fin du match. Il n’y aura pas eu de miracle pour les Néo-Galactiques. En tout cas ce dernier clasico a été très plaisant et
a presque réussi à nous faire oublier les 3 derniers. Bravo au Barça toujours aussi impressionant de maitrise. On a déjà hâte de les voir en finale!
Barça - Real, dernier acte : Le Barça en finale bien entendu!

Bonjour tout le monde ! 18 avril, 2011

Posté par mickgunner dans : Autre , 1 commentaire

Bienvenue sur mon blog « Sport & Life »! Vous y trouverez tous mes écrits sur ma passion qu’est le sport sous forme de petits articles accompagnés certainement de photos. Il se peut aussi que je fasse des petites parenthèses en parlant des choses d’actualité qui me marquent (d’où le « life »).

Mais commençons par une petite présentation de moi-même : Mickaël, 23 ans; j’ai toujours été attiré par le métier de journaliste sportif, malheureusement, le chemin pour y parvenir est très long et dur, et au vu de mes prestations scolaires (je n’étais pas nul mais bien trop moyen pour entamer ces longues études), je ne me suis pas fait d’ illusion… C’est pourquoi j’ai enfin décidé de créer ce blog pour mettre mon « talent » en exercice.

J’adore le sport en général et m’intéresse à quasiment toutes les disciplines mais je suis vraiment féru de Football (je suis fan de l’équipe d’Arsenal!) et de Tennis (je fais parti des pro-Nadal) que je pratique en club.

Par ce blog, j’espère vous faire réagir, vibrer pourquoi pas? Langue Je ne vous garantis pas que la qualité des articles sera la même que ceux de « L’équipe » mais je ferai de mon mieux!

Sur ce, je vous souhaite une bonne visite!

Micka.

GVBeaugency |
FRED&CATHY BARAFFE Hist... |
Ski Club Guillestre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Ragel's FC
| sport
| USC CYCLO